Comment le téléphone mobile permet de réduire de moitié la durée de stationnement du bus aux arrêts

La billettique mobile, technologie qui abandonne le bon vieux ticket en papier au profit du téléphone mobile, est une proposition à la pointe de la tendance, adoptée par un nombre de plus en plus important d’opérateurs de bus à travers le monde. Cet engouement est dû aux avantages indéniables qu’elle offre aux voyageurs, opérateurs et autorités organisatrices des transports : réduction de la manipulation d’argent liquide, commodité pour les voyageurs, transmission d’informations en temps réel…

Par ailleurs, l’année dernière, un facteur important est venu peser en faveur de l’adoption de la billettique mobile dans les bus : les embouteillages. Dans le rapport intitulé « Impact des embouteillages sur les passagers de bus » dans le cadre de la campagne du groupe Greener Journeys, le professeur David Begg a mis au jour le lien existant depuis les années 60 entre l’augmentation de la durée des trajets et la baisse du nombre de voyageurs. L’une de ses recommandations afin d’inverser cette tendance consistait à accélérer la mise en place de la billettique intelligente, qui contribue clairement à réduire le temps de stationnement aux arrêts et la durée globale des trajets.

À l’avant-garde de ce modèle, le Royaume-Uni et les États-Unis comptent de nombreux opérateurs et administrations soucieuses d’améliorer la commodité pour les voyageurs et de réduire le temps de stationnement aux arrêts, en mettant en place des solutions de billettique basées sur des titres de transport sur mobile, virtuels ou sous forme de codes-barres.

En 2016, au Royaume-Uni, la compagne de bus National Express a mis en place une application de billettique mobile. D’autres compagnies comme First et Arriva ont suivi son exemple. Aux États-Unis, à New York, la compagnie NICE Bus a été la première du secteur à introduire la billettique mobile à l’échelle nationale, bientôt suivie par Denver RTD et Las Vegas RTC.

Grâce à ces systèmes, les titres de transport peuvent être achetés et affichés sur les téléphones des voyageurs, sous forme virtuelle ou de code-barres à scanner. L’avantage est qu’ils peuvent être achetés sur n’importe que smartphone, depuis n’importe où, sans avoir à faire la queue à un distributeur automatique ou au moment de monter dans le bus.

Le rapport du professeur Begg a révélé que la billettique sans contact telle que les codes-barres offrait une durée de transaction inférieure à une seconde, contre neuf secondes par voyageur dans le cas d’utiliser de la monnaie. Cela permet d’établir clairement que le recours à un système sans contact, grâce auquel les voyageurs achètent leur titre de transport avant de monter à bord et passent leur téléphone devant un lecteur ou présentent leur ticket virtuel, représente pour les opérateurs de bus une grande réduction de la durée nécessaire aux voyageurs pour monter à bord, avec à l’arrivée une amélioration des services pour tous.

Preston Bus a ainsi lancé en 2016 la billettique mobile pour tous ses services, dans l’objectif de réduire de 50 % les temps de stationnement aux arrêts d’ici à 2020. Les voyageurs ont réservé un accueil enthousiaste aux applications, leur utilisation ayant presque doublé d’un mois à l’autre.